Site officiel Filitosa | Inventeur Filitosa
16510
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16510,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.3,vc_responsive

Inventeur Filitosa

Charles-Antoine Cesari, le père de Filitosa

En 1946, Charles-Antoine Cesari originaire du village de Cozzano dans le haut Taravo, exploite à Filitosa (partie basse de la vallée du Taravo) un domaine d’une cinquantaine d’hectares. L’endroit le fascine depuis toujours. Au cœur d’un terrain vallonné se dresse un éperon naturel, traversé par le ruisseau de Sardelle et planté au cœur d’une forêt de chênes et d’oliviers.

 

Très vite alors qu’il défriche au pied de la butte, il met au jour, éparpillés ça et là, d’imposants blocs de granite. Cette découverte le saisi, le fascine. Aidé de ses ouvriers, il décide de soulever les pierres grises et se retrouve face à face avec ce qu’il appellera plus tard « l’homme de pierre ». Un de ses ouvriers propose d’attacher ces « vieilles pierres » pour en faire des piquets qui protègeraient le domaine. Fixant ces silhouettes d’un autre âge, Charles-Antoine Cesari s’exclama de sa voix grave :

 

« Je n’ai jamais mis de chaîne au cou d’un homme,
je ne vais pas commencer à le faire avec un homme de pierre ».

 

L’information parvient à Pierre Lamotte, alors directeur des Archives départementales de la Corse. Il est le premier à se pencher réellement sur la découverte, car l’intérêt préhistorique de la région n’a jusqu’alors jamais été considéré.

 

Surtout qu’un siècle plus tôt, en 1839, Prosper Mérimée avait bien été chargé par le gouvernement d’une mission en Corse. En qualité d’inspecteur des Monuments historiques, il avait été dépêché de Paris et avait sillonné à dos d’âne l’île, afin d’en dresser un inventaire archéologique. Mais de Filitosa et de son éperon fortifié, pas un mot. Sans le savoir, il passera à côté de ce qui deviendra la principale découverte archéologique de la Corse.

 

Cette anecdote ne plaidait pas en faveur de la découverte de Charles-Antoine Cesari. Mais grâce à son intuition, son obstination et à une foi inébranlable, tout allait s’accélérer. De l’ignorance, on allait passer à la reconnaissance, et ce par la magie d’une rencontre décisive, qui deviendra amitié indéfectible et réciproque.